Une nuit a été réservée par le dirigeant nord-coréen et son équipe dans une suite du très luxueux Fullerton à Singapour, avec grand piano, véranda et colonnes doriennes, pour la modique somme de 6.000 dollars (5.145 euros). Mais le régime explique qu’il ne paiera pas cette note, mettant Washington dans un embarras qui est davantage diplomatique que financier.

>> A lire aussi Le bras droit de Kim Jong Un est arrivé à New York

Play
Current Time0:00
/
Duration Time0:00
Loaded: 0%
Progress: 0%
0:00
Fullscreen
00:00
Mute

Le Washington Post explique que les Etats-Unis ne pourraient pas payer sans violer les sanctions internationales qui visent la Corée du Nord. Ainsi, le Bureau du contrôle des avoirs étrangers à Washington estime qu’il faudrait suspendre « temporairement l’applicabilité des sanctions » via une dérogation. Ce qui ne serait pas du goût de l’opinion américaine, a fortiori des conservateurs ou des isolationnistes qui ont pu soutenir Trump.

Reste une solution : que ce soit Singapour qui paye pour accueillir le dirigeant nord-coréen. L’hôte règlerait ainsi une partie des frais. Le ministre singapourien de la Défense l’a suggéré, samedi, sans divulguer le montant exact qui pourrait être pris en charge. « C’est un coût que nous sommes prêts à payer pour jouer un petit rôle dans cette réunion historique » a-t-il assuré.

De son côté, si Donald Trump a opté pour une suite à 10.000 dollars (8.570 euros), ce sont bel et bien les Etats-Unis qui devraient la payer.

capital.fr