La mairie de Madrid propose un dispositif de formation pour ambulants sénégalais (officiel sénégalais)

La municipalité de Madrid, avec la caution du consulat et de l’ambassade du Sénégal, a proposé aux marchands ambulants sénégalais un dispositif de formation qui devrait à terme leur valoir contrat de travail et régularisation éventuellement, a révélé l’ambassadeur Sory Kaba, directeur général des Sénégalais de l’extérieur.

La mairie de la capitale espagnole « nous a dit qu’il avait proposé aux associations de Sénégalais une formation d’une durée de neuf mois » à l’issue de laquelle « ils vont changer de fusil d’épaule. Ils auront un métier et éventuellement un contrat de travail et (…) seront régularisés pour qu’ils sortent de cette situation de marchands ambulants », a-t-il révélé dans un entretien avec l’APS.

« Les associations de Sénégalais ne l’avaient pas entendu de cette oreille-là et pensaient que les autorités municipales étaient de mèche avec les autorités policières pour tenir des statistiques, les identifier et les expulser du pays, ce qui n’est pas le cas », a expliqué M. Kaba, interrogé sur les suites du meurtre de deux ressortissants sénégalais à Madrid, en mars dernier.

« Nous, ce que nous leur avons proposé, c’est qu’une telle approche ne peut prospérer que s’ils mettent à contribution l’Etat » sénégalais, représenté à Madrid à travers le consulat et l’ambassade du Sénégal, a indiqué le directeur général des Sénégalais de l’extérieur, qui entretenait des discussions que la mission officielle sénégalaise dépêchée en Espagne a eues avec les autorités de Madrid suite à ce drame.

Selon Sory Kaba, la nouvelle approche décidée dans le cadre de la mise en oeuvre de proposition de la municipalité de Madrid, va « positionner le consulat et l’ambassade au cœur du dispositif pour sécuriser les Sénégalais par rapport à leurs préoccupations et leurs craintes », a souligné Sory Kaba.

« La municipalité va fournir tout le dispositif, les Sénégalais seront formés, ils vont changer de statut, ils vont avoir un métier et ils pourront facilement être régularisés, ils ne seront plus dans les rues à vendre à la sauvette », a-t-il dit, avant d’ajouter : « A chaque chose malheur est bon me dira-t-on (…) », pour dire que ce drame a « au moins (permis) un débat bien porté (…) ».

Mame Mbaye Ndiaye, un jeune ressortissant sénégalais vivant en Espagne a trouvé la mort dans la soirée du jeudi 15 mars à Madrid, à la suite d’une course poursuite avec la police espagnole.

Un autre Sénégalais, Ousseynou Mbaye, blessé par les policiers, est décédé le lendemain des suites de ses blessures, après avoir reçu un projectile lors d’une manifestation de protestation contre la mort de Mame Mbaye Ndiaye, selon la presse sénégalaise.

L’ambassadeur d’Espagne au Sénégal, Alberto Virella, réagissant à ce drame, a fait part de ses regrets et présenté ses condoléances aux familles des victimes, le 20 mars dernier, au cours d’une conférence de presse.

Le directeur général des Sénégalais de l’extérieur Sory Kaba note de son côté que « pour la première fois », à la suite d’un meurtre commis sur des ressortissants sénégalais, « l’ambassade du pays concerné est convoqué par le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur ».

Par la suite, une mission a été « dépêchée expressément aux côtés du pays d’accueil où le meurtre a été commis pour rencontrer en 48 heures et autorités municipales et autorités policières et autorités judiciaires pour en convenir avec elles ».

« Cela montre déjà la volonté forte portée par l’autorité sénégalaise à un haut niveau avec toute la dextérité pour dire aux uns et aux autres : plus jamais ça », a poursuivi Sory Kaba.

« Une fois à Madrid, au nom du président (de la République), au nom du ministre (des Affaires étrangères), nous avons dit au maire, à l’équipe municipale, nous avons dit aux autorités policières que nous ne souhaitons pas que les relations diplomatiques entre les deux pays soient ternies par des actes isolés (…) ».

« Les responsabilités sont certainement partagées parce que les Sénégalais sont interdits de vendre à la sauvette dans les rues à Madrid’’, a signalé l’ambassadeur Sory Kaba/

Le maire de Madrid « nous l’a dit sur un ton autoritaire et nous le lui concédons parce que les organisations faitières des commerçants interpellent la municipalité pour dire : +nous n’arrivons plus, nous, à payer nos taxes (…) » du fait des « +étrangers qui vendent à la sauvette dans les rues, nous piquent les clients et donc ça impacte négativement sur leur économie et cela il faut que ça cesse+’’ ; a-t-il poursuivi.

Outre le dispositif de formation annoncé, la mairie de Madrid « va donner une carte aux différents Sénégalais », laquelle leur « permettra d’accéder aux différents services de la mairie (…) », a par ailleurs révélé l’ambassadeur Kaba.

Cette carte, a-t-il conclu, « nous voulons que la police la reconnaisse et que son détenteur puisse être également protégé, ce qui n’est pas gagné d’avance, parce qu’une carte délivrée par une municipalité n’est pas une carte de séjour mais au moins, si la police est indulgente pour accepter que cette carte puisse avoir toute sa (…) noblesse, cela veut dire que la collaboration avec la police va nous permettre d’asseoir de bonnes bases » pour les conditions de séjour des Sénégalais en Espagne.

 

Auteur: APS – APS

Commentaires

Commentaires

A propos Africaleadnews

Africaleadnews
A travers ce site nous entendons faire entendre une nouvelle voix de l’Afrique. Une Afrique qui se trace une nouvelle voie. Celle de son développement économique et social. Une Afrique debout. Une Afrique à la conquête de sa place de leader dans le concert des Nations. Une Afrique LEADER. Un site pour la promotion du LEADERSHIP AFRICAIN.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

*