Culture

El Hadji Faye, Artiste musicien : Le cri de détresse d’une légende de la musique sénégalaise

El Hadji Faye, Artiste musicien : Le cri de détresse d’une légende de la musique sénégalaise

Il fait partie des icônes de la musique au Sénégal. El Hadji Faye pour ne pas le nommer, a contribué à la vulgarisation du genre musical le Mbalax. Il était un des piliers du groupe l’Etoile de Dakar. Doté d’un talent exceptionnel, il a écrit les lettres de noblesse de la musique Sénégalaise. Sa riche discographie compte des chansons fétiches  qui ont fait vibrer les mélomanes pendant des décennies.  Aujourd’hui, il est en arrière-plan avec l’arrivée sur la scène de la nouvelle génération d’artistes musiciens. En somme, cette figure emblématique de la musique est passée de la gloire à l’oubli.
 
Auteur-compositeur, chanteur hors-pair, El Hadj Faye reste un des pionniers de la scène sénégalaise. Il jouait sur tous les registres. Il avait évolué  au sein de la formation  Star Band de Dakar puis à  Niaye Orchestra en 1974. En 1978, il a fondé avec Youssou Ndour, le groupe Etoile de Dakar avant de créer après leur rupture en 1981, le groupe Etoile 2000. Il est également auteur  de plusieurs albums personnels dont « Djirim » en 2000 et « Pastef » en 2004. Sa carrière a été rythmée par des hauts et des bas. En dépit de tout, il reste une légende de la musique sénégalaise. 
C’est au quartier de Tivaouane Peulh, à 22 km de Dakar, qu’il s’est replié. Entouré de ses neveux et des petits-fils, l’auteur du célèbre  ‘’ titre »Samina », partage avec nous ses moments d’incertitudes. Sa santé chancelante est aggravée par sa précarité financière. Cette situation a été exacerbée par la crise de la pandémie du coronavirus.
 
Il se bat aujourd’hui seul pour trouver les moyens de se soigner et de construire sa maison. Selon lui,  il est complètement laissé en rade au moment où il a besoin de soutien,  seuls Youssou Ndour et Waly Seck sont venus à son secours » Je suis resté malade pendant un bon bout de temps, n’ayant pas les moyens, j’ai failli perdre la vue à cause de cette maladie. Mon frère Youssou Ndour et mon fils Waly Seck m’ont beaucoup soutenu et je les remercie infiniment pour tout ce qu’ils ont fait » nous confie l’artiste.
 
Il a par ailleurs fustigé le manque de considération envers les acteurs culturels plus particulièrement ceux qui n’ont pas les moyens. Il regrette que beaucoup d’artistes broient le noir sans une réelle assistance de la part du ministère de la Culture. « J’ai envoyé des lettres de soutien au ministère de la Culture pour soigner mon œil je n’ai reçu aucun retour. Je vois un manque de considération envers nous les anciens artistes et ce qui me fait mal ils attendent  après la mort pour faire des actions sociales et je trouve que c’est irresponsable » a-t-il ajouté.
 
Malgré cette situation difficile, Elhadji Faye ne compte pas suspendre sa carrière. Il fait souvent quelques chansons histoire d’avoir de quoi survivre. D’ailleurs, il prépare un nouveau produit exclusivement traditionnel qu’il mettra bientôt sur le marché.
En attendant Seneweb vous propose de redécouvrir « Diakh Démal » une de ses chansons fétiches  des années  1981.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page