A la uneCultureDroits de l'homme

Affaire du film « Rebelles » : Les « vérités » du directeur de la Cinématographie

Affaire du film « Rebelles » : Les « vérités » du directeur de la Cinématographie

Le directeur de la Cinématographie, Germain Coly, s’est prononcé sur l’affaire du film « rebelles » de Marodi Tv, dont la publication a été censurée. A travers un communiqué, il a voulu « rétablir la vérité des faits. Ainsi, d’après lui, le Directeur général Marodi a saisi, par mail du 17 mars 2022, la Direction de la Cinématographie, pour solliciter une autorisation de tournage pour son projet de série intitulée « Rebelles ». Le dossier joint à cette fin était incomplet du point de vue de la réglementation. « Le 25 avril 2022, suite à notre saisine, l’intéressé nous a fait parvenir un résumé des sept (07) premiers épisodes sur quarante-cinq (45) et un teaser. En l’état, le dossier demeure toujours incomplet », a-t-déclaré dans une note rendue publique, ce mercredi.

A en croire M. Coly, « devant cette situation et dans notre mission d’accompagnement des producteurs, le Directeur général a été reçu en séance de travail les 17 mai et le 22 juin 2022. A l’issue de ces différentes rencontres et de l’exploitation des documents fournis (pour rappel incomplets), il lui a été indiqué les sérieuses réserves par rapport à la réalisation d’une telle série dans le contexte actuel du dossier de la crise casamançaise et des effets qu’une telle série pourrait avoir auprès de l’opinion publique ».
Il informe que c’est par la suite qu’une audience lui a été accordée le 02 août 2022, en présence de sa chargée de communication, du responsable de la chaîne ‘’sunu yeuf’’ et du réalisateur et une autre, le 09 septembre 2022, en présence de l’autorité ministérielle.

« Malgré tout, il a été, constamment, relevé un manque de collaboration, frisant même la défiance puisque l’intéressé a continué à faire des tournages, sans autorisation, et à diffuser la bande annonce de la sortie de la série » a ajouté M. Coly, relevant, dans la foulée, que c’est fort de ces constats factuels et « des manquements à la réglementation » qu’il lui a été, successivement, notifié « le refus de l’autorisation de tournage et la mise en demeure de retirer la bande annonce et d’arrêter les tournages, conformément aux dispositions de loi n°2002-18 du 15 avril 2002 portant règles d’organisation des activités de production, d’exploitation et de promotion cinématographiques et audiovisuelles et du décret n°2004-735 du 21 juin 2004 fixant les conditions de délivrance d’autorisation de tournage professionnel de films au Sénégal (…) ».

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page