Agriculture

Ces villages où des familles se partageaient un seul sac d’engrais

Ces villages où des familles se partageaient un seul sac d'engrais

Il y a eu une rupture dans les chaînes d’approvisionnement d’engrais au niveau mondial du fait de la pandémie de coronavirus. Les Indiens qui sont au Sénégal ont reçu des commandes importantes de leurs pays et des autres. Ils ont préféré livrer à leurs clients qui ont certainement des prix beaucoup plus intéressants selon Mody Sow. L’expert en développement spécialiste des questions agricoles explique que ces derniers cherchent profit.

A l’en croire, il y a des producteurs qui ont emblavé plus de 260 hectares mais les engrais sont arrivés trop tard. « J’ai vu des villages où des familles se partagent un sac d’engrais. Je pense même que pour la campagne horticole on risque d’avoir la même chose, un rendement faible », dit-il dans la parution de ce vendredi du journal Source A.

Par ailleurs, explique-t-il, il y avait une alternative qui pouvait permettre d’avoir jusqu’à 4 tonnes par hectares pour l’arachide. Mais dit-il, le gouvernement n’a pas acheté cet engrais en provenance de la Belgique. Il y a des paysans qui l’ont utilisé dans le Linguère. Ils font partie des rares producteurs qui ont récolté dans ce département. Les problèmes concernant l’engrais, ce sont les procédures. « On attend jusqu’à la veille de l’hivernage pour les enclencher » clame M. Sow.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page