Université de Ziguinchor – Le cercle des cadres de l’Apr exige un cadre à la tête du campus social


Africaleadnews – (Sénégal) Pour un apaisement du climat social à l’université Assane Seck de Ziguinchor : Le cercle des cadres de l’APR «exige» du Président Macky Sall la nomination d’un Cadre républicain à la tête du campus social
 
Le Cercle des cadres républicains de Ziguinchor était hier en conclave dans un hôtel de la place. Une rencontre qui, à en croire leur porte jour Ibrahima Cissé, avait pour but «de féliciter  et d’encourager le Président Macky Sall dans la consolidation de sa vision cohérente pour notre patrie le Sénégal.» Saisissant l’occasion, ces cadres de l’APR se sont prononcés sur le climat délétère qui prévaut à l’université Assane Seck de Ziguinchor. Et pour un apaisement du climat social dans le temple du savoir, ces «apéristes» ont «exigé» du Chef de l’Etat la nomination d’un des leurs à la tête du campus social.
 
«La situation de l’université de Ziguinchor nous inquiète tous. Notre cercle des cadres républicains pense que nous devons accompagner le Président Macky Sall de faire de cette université un véritable temple du savoir avec des résultats d’excellence. Pour que nous puissions ainsi apporter notre compétence et notre soutien à ces étudiants qui continuent de réclamer l’autonomisation de leur université et qui menacent d’aller en grève, nous pensons que l’un de nos cadres doit être promis à la tête de cette structure.
C’est de cette manière seulement que nous pourrons calmer l’ardeur de ces étudiants et atténuer leur grève», a laissé entendre le Pr Ibrahima Cissé coordonateur d’honneur du réseau des enseignants de l’APR à Ziguinchor. Le campus pédagogique dirigé pourtant par le Pr Courfia Kéba Diawara, un grand responsable politique de l’APR à Ziguinchor, «nous demandons solennellement au Chef de l’Etat Macky Sall de promouvoir un cadre de l’APR à Ziguinchor, à la tête du campus social de l’université Assane Seck de Ziguinchor.
C’est notre souhait. Et nous osons espérer que nous pourrons, entre nous, ici en Casamance, régler nos problèmes, nos différends et nos contradictions sans heurts, sans tambours et ni trompettes. D’ailleurs, dans nos plans d’activités, nous avions pour ambition d’organiser un campus de rentrée pour discuter avec les étudiants de l’université Assane Seck de Ziguinchor de leurs problèmes, de leurs difficultés mais, hélas, par manque de moyens nous n’avons pas pu le faire. Je dois vous avouer cependant que nous n’excluons pas dans l’avenir, de créer un cadre de concertation avec ces étudiants pour une année universitaire apaisée dans la capitale sud», a ajouté Ibrahima Cissé, membre dudit cercle.
Pour rappel, les étudiants de l’Université Assane Seck de Ziguinchor sont aujourd’hui très remontés contre les autorités universitaires qui, «n’ont pas respecté leurs engagements concernant l’autonomisation de leur institution», disaient-ils il y a quelques jours seulement à l’issue d’une réunion qu’ils avaient tenue dans leur université. Des étudiants qui avaient, par la même occasion, annoncé leur décision d’aller en grève si rien n’est d’ici la fin de ce mois de janvier. Des étudiants de l’UAS/Z qui réclament toujours l’autonomisation de leur établissement. En principe, c’est le 1er janvier dernier que l’autonomisation de cette université devait entrer en vigueur comme prévu par le ministre de l’Enseignement supérieur, Mary Teuw Niane.
 
                                                                               
MOUSSA DIAW

Commentaires

Commentaires

A propos Africaleadnews

Africaleadnews
A travers ce site nous entendons faire entendre une nouvelle voix de l’Afrique. Une Afrique qui se trace une nouvelle voie. Celle de son développement économique et social. Une Afrique debout. Une Afrique à la conquête de sa place de leader dans le concert des Nations. Une Afrique LEADER. Un site pour la promotion du LEADERSHIP AFRICAIN.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

*