Trump et l’heure des comptes

Le cirque qu’est devenue la Maison-Blanche sous Donald Trump reprend la route cette semaine. Avec arrêt à Bruxelles, Londres, puis Helsinki la semaine suivante. Et pas besoin d’affiche, le spectacle est déjà bien rodé : un rinçage en règle des alliés traditionnels des États-Unis, suivi d’un flirt sans le moindre embarras avec un autocrate.

Son dernier numéro, la troupe de Trump l’a présenté au sommet du G7 dans Charlevoix : Justin Trudeau a été roulé dans la farine avant que l’illusionniste ne réapparaisse auprès de Kim Jong-un à Singapour. Un allié insulté contre un tyran louangé, une diplomatie de bouffons !

Prochaine étape : le sommet de l’OTAN mercredi et jeudi prochains. Et le souffre-douleur, cette fois-ci, sera la chancelière allemande, Angela Merkel. Trump en veut aux membres de l’Alliance atlantique qui n’investissent pas, comme promis, 2 % de leur PIB en dépenses militaires.

L’immense majorité des pays membres se trouvent dans ce groupe, mais il a une dent contre « Angela », comme il l’appelait familièrement jeudi dernier à Great Falls, dans le Montana : « L’Allemagne est le plus grand pays de l’Union européenne et ne paie que 1 % (de son PIB pour la défense). J’ai dit, “Angela, nous vous protégeons, mais cela signifie beaucoup plus pour vous que pour nous […] Je ne sais pas quelle protection nous obtenons en vous protégeant.” » En d’autres mots, vous payez ou le shérif s’en va et laisse son étoile derrière.

L’OTAN D’ABORD, LES EUROPÉENS ENSUITE

La bastonnade verbale ne s’arrêtera pas là. Coup de chance pour le président américain, 22 des 29 membres de l’OTAN font aussi partie de l’Union européenne, une autre organisation qui l’enrage. Et ils vont se le faire dire.

« Nous aimons les pays de l’Union européenne », a-t-il prétendu fin juin à Fargo, dans le Dakota du Nord, « sauf que l’Union européenne, naturellement, a été créée pour profiter des États-Unis. On ne laissera pas faire ça ! » Que le grand marchandage commence !

Trump, qui a conclu qu’en Europe comme partout ailleurs les Américains se font commercialement avoir (malgré l’avertissement des économistes que de tout baser sur les déficits commerciaux est un mauvais réflexe), compte utiliser ses grands rendez-vous européens pour amorcer de méga-transactions : vous haussez vos budgets militaires ou vous faites des concessions commerciales.

Il fallait d’ailleurs entendre cette semaine Robert Johnson, l’ambassadeur américain à Londres, décrire les Britanniques comme de bons partenaires, puisque « le Royaume-Uni dépensera environ 32 milliards de dollars en équipement militaire américain au cours des dix prochaines années ». C’est clair, un bon partenaire achète « Made in USA ».

MOSCOU, TOUT SOURIRE

Devant tout cela, qui se frotte les mains, croyez-vous ? Vladimir Poutine, bien sûr ! Ses prédécesseurs soviétiques ont tout tenté pour diviser les Occidentaux, en vain. Et voilà que la chicane est solidement prise, sans que le maître du Kremlin ait eu à déployer de grands moyens.

Sauf son armée de trolls qui ont réussi à miner la démocratie américaine, en discréditant — comme le FBI, la CIA et tous les grands services de renseignement l’ont démontré — la candidate démocrate au profit de son rival républicain.

Si le scénario du début juin se répète, après avoir nargué et insulté ses alliés, le président américain ira échanger sourires et accolades avec son homologue russe, lui dont ses diplomates, ses espions et ses militaires se méfient.

Il ne reste plus aux Occidentaux que de gager sur l’imprévisibilité de Donald Trump. Impulsif et caractériel, il suffit que les Russes se moquent de lui pour qu’il vire capot. Sur le grand échiquier mondial, on en est à espérer que le principal joueur pète un plomb. Désolant.

Commentaires

Commentaires

A propos Africaleadnews

Africaleadnews
A travers ce site nous entendons faire entendre une nouvelle voix de l’Afrique. Une Afrique qui se trace une nouvelle voie. Celle de son développement économique et social. Une Afrique debout. Une Afrique à la conquête de sa place de leader dans le concert des Nations. Une Afrique LEADER. Un site pour la promotion du LEADERSHIP AFRICAIN.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

*