Shinzo Abe fait miroiter une «aide financière» à Pyongyang

Le premier ministre japonais Shinzo Abe s’est dit prêt lundi à apporter une « aide financière » à la Corée du Nord à condition de régler la question des missiles nucléaires nord-coréens et des ressortissants japonais enlevés par des agents nord-coréens dans les années 1970 et 1980.

« Si nous arrivons à résoudre dans son ensemble la question complexe de l’enlèvement de citoyens japonais, le problème des missiles nucléaires, si nous arrivons à tirer un trait sur le passé malheureux et à normaliser nos relations diplomatiques, alors nous pourrons lui apporter une aide financière », a déclaré M. Abe devant la presse à l’issue d’une rencontre avec Vladimir Poutine à Vladivostok, dans l’Extrême orient russe.

Le Japon, resté à l’écart de l’intense ballet diplomatique des derniers mois, veut aborder avec Pyongyang la question des ressortissants japonais enlevés par des agents nord-coréens dans les années 1970 et 1980 pour former des espions, sujet qu’il présente comme une priorité.

Dans un entretien télévisé en juin, M. Abe s’était déjà dit prêt à participer au financement de la dénucléarisation de la Corée du Nord. Il avait également appelé le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un à surmonter ensemble leur méfiance mutuelle et confirmé que des efforts étaient en cours en vue d’un sommet, qui ne s’est pas depuis concrétisé.

Le Japon a maintenu une ligne dure vis-à-vis de Pyongyang, qui a testé plusieurs missiles en direction de son territoire.

Dans un rapport publié en août, le ministère japonais de la Défense qualifie la Corée du Nord de « menace grave et imminente », reflétant sa méfiance persistante malgré les avancées diplomatiques de ces derniers mois.

Le dossier nucléaire nord-coréen figure parmi les principales questions que doit discuter Vladimir Poutine avec plusieurs dirigeants asiatiques qu’il reçoit à Vladivostok cette semaine en marge d’un forum économique. Il doit rencontrer mardi le président chinois Xi Jinping et mercredi le premier ministre sud-coréen Lee Nak-yeon.

Ces derniers mois, le président russe est plutôt resté en retrait du rapprochement spectaculaire entre Donald Trump et Kim Jong-un, marqué par leur sommet historique du 12 juin qui peine cependant à se traduire en progrès concrets en vue de la dénucléarisation promise.

Il avait invité le dirigeant nord-coréen, qui ne s’est jamais rendu en Russie, mais ce dernier n’a pas répondu.

Une délégation nord-coréenne doit participer au forum de Vladivostok.

Commentaires

Commentaires

A propos Africaleadnews

Africaleadnews
A travers ce site nous entendons faire entendre une nouvelle voix de l’Afrique. Une Afrique qui se trace une nouvelle voie. Celle de son développement économique et social. Une Afrique debout. Une Afrique à la conquête de sa place de leader dans le concert des Nations. Une Afrique LEADER. Un site pour la promotion du LEADERSHIP AFRICAIN.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

*