Ouverture du pont reliant Hong Kong à la Chine continentale

«Le pont maritime le plus long du monde» selon les propres expressions du gouvernement central de la République populaire de Chine a été inauguré hier mardi 23 octobre 2018. Il s’agit d’un gigantesque pont reliant Hong Kong, Macao et la Chine continentale, qui s’ouvre à la circulation ce jour mercredi 24 octobre 2014 d’après Frank Chan, le ministre des Transports du gouvernement local de Hong Kong.

Caractéristiques du pont
L’inauguration a eu lieu hier 23 octobre, dans la ville portuaire de Zhuhai (Guangdong), en Chine continentale, en présence du président chinois Xi Jinping.
D’une longueur de 55 km, l’ouvrage comprend un tunnel sous-marin créant des îles artificielles qui permettent de franchir l’estuaire de la Rivière des Perles et de relier les anciennes colonies britannique et portugaise que sont Hong Kong et Macao, via la ville de Zhuhai.
Les travaux de construction de ce pont ont débuté le 15 décembre 2009 et devraient s’achever en fin 2017 pour un coût initial de 10,7 milliards de dollars américain. Mais comme toute œuvre humaine, ils ont connu quelques difficultés et retards dus à des dépassements de coûts, des actes de corruption de certains responsables du projet et du chantier, mais aussi de décès de certains ouvriers, selon des médias locaux.
La construction de ce pont gigantesque aura nécessité 420 000 tonnes d’acier. «A certains moments, jusqu’à 20 000 ingénieurs y travaillaient en même temps, alors que des technologies inédites y ont été utilisées», confie Zhang Jinwen, l’ingénieur principal à l’origine de cette réalisation, qui indique par ailleurs quelques caractéristiques propres à ce pont:
-34 mètres de largeur;
-6 voies;
-4 tunnels (dont l’un sous-marin);
-réduction de la moitié du temps de trajet entre Hong Kong, Zhuhai et Macao.
Toujours d’après l’ingénieur Zhang Jinwen, pour rendre sa construction possible, 4 îles artificielles ont été conçues dans le but de soutenir la monstrueuse structure du pont.
Les travaux auront duré près de 7 ans, et coûté 15 milliards de dollars (12,3 milliards d’euros).
«La construction du pont qui relie Hong Kong, Macao et la ville de Zhuhai, au sud de la Chine continentale, vient d’être terminée. L’édifice est désormais le plus grand pont maritime du monde, mais aussi un sujet de contestation de la part des pro-démocrates», rapporte Chine Magazine dans une de ses publications du samedi 20 octobre passé.
Toujours selon Zhang Jinwen, «tous les travaux y sont terminés. Tout au long de la construction de ce pont, d’étroites consultations ont été menées avec des entreprises de 11 pays et plus d’une centaine de spécialistes étrangers [dont la France, à travers la société Bouygues Construction, ndlr] sont venus sur le chantier pour faire part de leur expérience», révèle-t-il à SputnikNews.
En 2017, le pont avait passé son premier test avec succès lors du passage en août du typhon Hato, qui s’est abattu sur la Chine méridionale avec des rafales de vent atteignant une vitesse de 155 km/h.
«Dès le petit matin, j’ai couru sur le quai. Je savais bien que le pont devait tenir, car nous l’avons projeté pour qu’il puisse résister à un séisme de magnitude 8 et à un typhon de 16 degrés. Quoi qu’il en soit, j’ai éprouvé de fortes émotions», a souligné Zhang Jinwen, très heureux et fier d’avoir accompli cette œuvre gigantesque.
Le pont est essentiellement réservé aux automobilistes (près de 40.000 véhicules chaque jour), ainsi que par des navettes circulant toutes les dix minutes.
Les raisons d’un projet
Selon Beijing, la liaison terrestre entre les trois grandes villes et Municipalités autonomes de l’Empire du Milieu va «doper les échanges commerciaux et rapprocher de façon spectaculaire les deux rives du détroit». Mais des hongkongais opposés à ce projet (à l’instar du député pro-démocratie Kwok Ka-ki, qui siège au sein de la commission des Transports et sa collègue Claudia Mo) ne voient pas cela de la même manière. Ils y voient plutôt la ferme volonté ou la tentative de Beijing d’accroître son influence et son autorité sur l’ancienne colonie britannique qu’est Hong Kong, province qui jouit d’un statut particulier (semi-autonomie) comme Beijing, Macao et Shanghai.
Mais à dire vrai, le pont entre dans le cadre du «Greater Bay Area», un projet de développement d’un vaste pôle économique entre 11 villes de la zone, dont Hong Kong, Macao, Shanzhen ou Canton. Il s’intègre par ailleurs à l’Initiative « La Ceinture et la Route » (ou les Nouvelles routes de la Soie) lancée en septembre 2013 par le président Xi Jinping, plan d’infrastructure piloté par la Chine à travers l’Asie, et jusqu’en Europe et en Afrique.
Par Cyrus-Emmanuel Sandy, depuis Shanghai (Chine)

Commentaires

Commentaires

A propos Africaleadnews

Africaleadnews
A travers ce site nous entendons faire entendre une nouvelle voix de l’Afrique. Une Afrique qui se trace une nouvelle voie. Celle de son développement économique et social. Une Afrique debout. Une Afrique à la conquête de sa place de leader dans le concert des Nations. Une Afrique LEADER. Un site pour la promotion du LEADERSHIP AFRICAIN.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

*