Mame Birame Dieng

Les exploitants forestiers demandent plus de transparence dans la gestion de la taxe forestière

Africaleadnews – (Senegal)  L’Union nationale des coopératives  des exploitants forestiers du Sénégal (UNCEFS),   a demandé  plus de transparence dans la gestion de la taxe  forestière, dont le montant global annuel est estimé à près de 6 milliards de francs Cfa, selon son président, Abdoulaye Sow.
‘’Dans ce pays, il y a une unicité de caisse. L’argent rentre au trésor qui va procéder à  la distribution des ressources.  Mais,  nous avons pensé qu’avec la lourdeur du système,  nous pouvons faire quelque chose’’ a estimé M. Sow.
Il intervenait, samedi, à Dakar,  au cours d’une  audience  avec  le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Mame Thierno Dieng, qui  une délégation de l’UNCEFS.
Cela, a t-il poursuivi,  ‘’nous a emmené en 2010 de prélever volontairement  pour chaque sac de charbon, une somme de 200 francs. Cela a généré  beaucoup d’argent. Pour le compte nous sommes à 6 milliards’’.
‘’Nous avons attirer l’attention des  autorités pour leur faire comprendre que cette contribution nous l’avons fait non pas parce que nous avons beaucoup d’argent mais,  pour essayer de contribuer dans cette politique de reforestation’’ a  précisé  le responsable.
De fait,   ‘’on a constaté qu’il n’y avait pas beaucoup de lisibilité c’est pourquoi, nous avons demandé aux autorités de revoir ce système et de verser cet argent au trésor afin qu’il retourne  directement à la régénération de  la forêt.
D’autre part, concernant la coupe illicite du bois,    une accalmie été observée,  après l’intervention des autorités sénégalaises et gambiennes.  ‘’Je peux dire que ces mesures  prises par les autorités,  ont contribué  à freiner cette pratique’’  a dit M. Sow.
Néanmoins,  a t-il indiqué,  il faut continuer à sensibiliser  davantage  les  populations parce que ce sont  des riverains qui coupent les arbres, traversent  la frontière  pour aller l’écouler en Gambie’’.
Evoquant les contraintes auxquelles,   son organisation  est confrontée,  le président a  fait  observer que des politiques d’aménagements leur ont permis,  de travailler dans des zones aménagements où, sont  installés, les organismes  d’exploitants forestiers.
‘’Avant, on ne travailler pas dans ces zones mais, maintenant que la ressource est connue, et que le service forestier est en train de mettre en œuvre  une politique qui peut permettre de prélever ce qui nécessaire et de penser aux générations futures’’ a  expliqué Abdoulaye Sow.
Africaleadnews

Commentaires

Commentaires

A propos Africaleadnews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>