La Chine, c’est aussi de vastes opportunités d’affaires que les entreprises africaines peuvent saisir

La première partie de ce dossier traitait, la semaine passée, de la bagarre de positions pour ou contre le business chinois en Afrique. « Ils ne créent pas assez d’emplois, localement, ne forment pas assez les gens pour qu’ils participent davantage à l’économie de leur pays dans le futur. Et souvent le modèle de financement est fait d’une telle manière que lorsque le pays a des difficultés financières, il perd le contrôle de ses propres infrastructures, de ses propres ressources » avait déclaré le Secrétaire d’Etat américain pour mettre en garde les Africains sur les risques qu’ils encourent à s’approcher trop près de l’Empire du Milieu…

Lire cette première partie ici :                              23/03/2018 – La Chine, cette amie qui ne nous veut pas que du bien, selon les Etats-Unis… (1ère partie)

Il n’en est pas moins vrai qu’une dynamique incontestable est née entre les deux continents et elle se traduit par un ensemble de faits qui ne sont pas très souvent rapportés.

Il existe aussi une AfriChine

On raconte par exemple très peu l’histoire de la « Chocolate City ». Une autre façon d’appeler la vile industrielle chinoise de Guangzhou. Une appellation qui découle du nombre important de visages africains qu’on y croise. Les profils de personnes sont extrêmement variés entre les commerçants, les tenanciers de restaurants et d’autres activités de services à la personne, ciblant des ressortissants africains et chinois.

L’une des bières les plus vendues au monde, la Snow Beer, est peu connue parce que son seul marché était la Chine. Mais il faut savoir que la production de cette bière a été longtemps soutenue par des capitaux africains.

Si on connaît les marques de téléphone Huawei ou encore Techno en Afrique, de nombreuses personnes ignorent aussi, que l’une des bières les plus vendues au monde, la Snow Beer, est très peu connue parce que son seul marché était la Chine. Mais il faut savoir que la production de cette bière a été longtemps soutenue par des capitaux africains, notamment ceux du groupe sud-africaine SabMiller, jusqu’à la reprise de ce dernier, par le brasseur AB Inbev, qui a fini par céder la Snow à une entreprise chinoise.

Une autre anecdote d’un investissement africain effectué en Chine concerne celui du groupe de communication sud-africain Naspers, dans le capital de Tecent, le leader chinois de l’internet et des services en ligne. D’important volumes d’investissements évalués à plusieurs centaines de millions $, ont aussi été relevés en provenance des Seychelles et de l’Île Maurice. Mais on a vite fait le tour pour se rendre compte, qu’il s’agit en réalité de fonds incorporés dans ces deux pays considérés jusqu’à il y a peu, comme des terres d’accueil de capitaux.

Le volume potentiel des affaires entre les deux continents pourrait atteindre au minimum $ 250 milliards $ et, dans un scénario optimiste, jusqu’à 440 milliards.

Ces exemples montrent à souhait que la relation Chine Afrique va bien au-delà des polémiques, pour s’inscrire davantage dans les opportunités, aussi bien pour la Chine que pour l’Afrique. Dans un rapport sorti en 2017, la firme d’analyse et d’audit McKinsey & Company a estimé que le volume potentiel des affaires entre les deux continents pourrait atteindre au minimum $ 250 milliards $ et, dans un scénario optimiste, jusqu’à 440 milliards.

Des opportunités d’affaires pour l’Afrique

Deux lignes d’opportunités existent pour les pays africains. L’une concerne le poids des investissements chinois en Afrique, et l’autre concerne la capacité de l’Afrique à tirer avantage des évolutions de la Chine. Dans son dernier panorama focalisé sur les relations entre les deux partenaires économiques, la COFACE relevait ces opportunités de diversifications.

1- La transformation de matières premières

Elle a d’abord noté que, si les matières premières minières et pétrolières comptaient en 2008 pour 80% des exportations africaines vers la Chine, elles n’en représentent plus aujourd’hui que 53%. Ces chiffrent indiquent que d’autres domaines de la chaîne de production africaine ont commencé à intéresser les marchés chinois.

Si les matières premières minières et pétrolières comptaient en 2008 pour 80% des exportations africaines vers la Chine, elles n’en représentent plus aujourd’hui que 53%.

En analysant les données plus en détail, la COFACE a également constaté que l’Afrique a réussi à capter une partie du processus de création de valeur ajoutée pour les matières premières minérales.

 acierie afrique

D’autres domaines de la chaîne de production africaine ont commencé à intéresser les
marchés chinois.

« L’augmentation des exportations de minerai transformé est, en effet, une caractéristique importante de l’évolution de la relation sino-africaine. Ces exportations ont été multipliées par 5 entre 2005 et 2016 » peut-on lire dans son panorama.

 

2- La production agricole

Une autre opportunité de diversification est celle qui concerne les matières premières agricoles. L’Afrique possède 50 à 60% des terres arables disponibles dans le monde, ce qui donne à la région un énorme avantage comparatif dans ce domaine. « Dans le même temps, la Chine est le pays le plus peuplé de la planète et sa population a connu une augmentation rapide de ses revenus, ce qui s’est traduit par une demande pour un régime alimentaire plus riche », font savoir les économistes de l’organisation.

tomates nigeria

Le potentiel agricole africain est immense.

Mais ces relations commerciales doivent être développées car elles n’iront pas de soi. Il ne faudra pas seulement conquérir un marché, mais quasiment inverser une tendance. Jusqu’à récemment encore la balance commerciale de produits alimentaires entre les deux partenaires était à l’avantage de la Chine.

3- Une main-d’œuvre abondante et bon marché

Un autre atout que Afrique peut faire valoir à l’égard de la Chine, c’est sa main d’œuvre abondante et bon marché. De nombreuses chaînes de valeur mondiales à forte intensité de main-d’œuvre commencent à se délocaliser hors de la Chine. En raison de l’évolution de sa démographie et de sa politique passée en faveur de l’enfant unique, la population en âge de travailler diminue dans ce pays. De plus, la croissance économique a également entraîné une hausse globale des salaires. Ces deux facteurs signifient que la Chine a de moins en mois d’avantages comparatifs dans la production des biens à haute intensité de main-d’œuvre.

 l usine lagazel

Un important réservoir de main d’œuvre.

Cela dit, les pays africains jusqu’ici, ont joué un rôle minime dans la captation de ces chaînes de valeur. Les bénéficiaires actuels de ce changement sont en grande partie les pays asiatiques proches de la Chine. Pour les économistes de la COFACE, si les gouvernements parviennent à attirer, même une fraction de ces chaînes de valeur vers l’Afrique, cela pourrait entraîner une augmentation substantielle des opportunités d’emploi. Pour ce faire, cependant, des améliorations devront être apportées au climat des investissements dans la région.

 

4- Le tansfert de savoir

Une autre opportunité qu’offre aujourd’hui la relation avec la Chine est celle du renforcement des compétences africaines. Au-delà de la création d’emplois locaux, le gouvernement de Beijing a mis en place une politique forte d’attraction des étudiants du supérieur.

 etudiants africains

Selon des données fournies par le ministère chinois de l’éducation, l’Afrique est la région du monde qui a connu la plus grande croissance de ses ressortissants dans les universités chinoises en 2016 (+23,1%). Les étudiants africains étaient, en 2016, le troisième plus important contingent d’étudiants étrangers avec un nombre total de 61 600.

En 2016, les étudiants africains étaient le troisième plus important contingent d’étudiants étrangers avec un nombre total de 61 600.

Comprendre la Chine et ses besoins

Ces différentes opportunités ne tomberont pas d’elles même comme des fruits d’un arbre. McKinsey est d’avis que cela nécessitera une certaine transformation de la manière dont on aborde la relation avec les Chinois. La définition d’une stratégie des pays africains dans l’approche commerciale de la Chine s’avère un point de départ important. Pour l’instant, à l’exception de quelques entités comme l’Egypte, l’Ethiopie et les pays de l’Afrique australe, peu de pays peuvent expliquer clairement comment ils se voient avec le géant asiatique dans les 10 voire 20 prochaines années.

Mais bien au-delà de l’action des gouvernements africains, les acteurs du business en Afrique doivent s’approprier l’opportunité et bien comprendre la philosophie du consommateur chinois ainsi que ses attentes. Si ces derniers aiment bien le thé en provenance du Kenya ou le tabac en provenance du Zimbabwe, il en faudra un peu plus pour faire de notre agriculture, l’un de nos meilleurs atouts commerciaux dans nos relations avec la Chine.

 

 

Commentaires

Commentaires

A propos Africaleadnews

Africaleadnews
A travers ce site nous entendons faire entendre une nouvelle voix de l’Afrique. Une Afrique qui se trace une nouvelle voie. Celle de son développement économique et social. Une Afrique debout. Une Afrique à la conquête de sa place de leader dans le concert des Nations. Une Afrique LEADER. Un site pour la promotion du LEADERSHIP AFRICAIN.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

*