Isabelle Diouf, Samu Social : « 1200 enfants dans la rue pris en charge »

Africaleadnews – (Senegal) «La majorité des enfants dans la rue sont Sénégalais » la révélation a été faite ce jeudi par la Directrice opérationnelle Samu Social Sénégal, Mme Isabelle Diouf, qui présentait un projet en partenariat avec l’Union Européenne en 2 ans et demi sur les enfants dans la rue.

1200 enfants dans la rue pris en charge. « La majorité des enfants dans la rue sont Sénégalais. Dans la réalité des faits, la majorité sont des Sénégalais. On a pris en charge plus de 1200 enfants dans la rue et on a identifié plus de 1000 enfants. Ce qui est un chiffre assez inquiétant. On a également hébergé plus de 900 enfants et on a ramené en famille plus de 300 enfants » a indiqué Mme Diouf.

Zone de provenance. «  On amène les enfants partout dans le pays et dans la sous-région. On amène beaucoup d’enfants dans la zone Kolda, Kaffrine, Kaolack, Diourbel. Mais on a eu à ramener des enfants en Guinée Bissau, en Guinée, en Gambie dans les pays frontaliers » dit-elle.

Toutefois, précise-t-elle, «avant de ramener un enfant en famille, il y a tout un processus. On ne l’amène pas comme ça. C’est un projet qui se construit. Il faut comprendre son histoire. Pourquoi, il est allé dans la rue. Qu’est-ce qui s’est passé, quelle est la cause de la rupture. On contacte les familles aussi quand les enfants sont d’accord. On fait tout avec l’accord de l’enfant. Cela peut prendre plusieurs mois avant qu’il nous dise la vérité ».

Ainsi, quand c’est le cas, poursuit-elle : «  on recherche les familles, en partenariat avec la gendarmerie, la Police pour avoir un contact avec les parents. On échange avec les parents aussi pour avoir leur version. On essaie de voir ce qui s’est passé. On fait des médiations pour voir si l’enfant peut toujours avoir dans sa famille. Si la famille peut être porteuse d’un projet de vie. Quand tout nous paraît satisfaisant pour l’intérêt de l’enfant, on ramène l’enfant en famille ».

Causes. « La première cause d’enfants dans la rue, c’est la maltraitance. Quand on parle d’enfants dans la rue, on pense aux enfants en rupture sociale et familiale. Ils ne sont dans aucune institution, ce ne sont pas les enfants talibés qui sont dans les Daraas. Ce des enfants qui ont fui, soit les Daraas, soit les familles pour cause de maltraitance.

Autre cause, parfois on est face à des familles qui sont déstructurées, qui sont dépassées par des jeunes adolescents qu’ils ne parviennent plus à gérer. Cela peut des familles qui font de la maltraitance. Cela peut être des familles qui sont dans une situation de grande pauvreté, beaucoup de problèmes qui ne savent comment traiter la situation de leurs enfants. Chaque histoire est très différente de chaque enfant » dit-elle.

Résultats. « On a déroulé plusieurs activités. Elles sont toutes quotidiennes depuis 15 ans qui consistent à aller à la rencontre des enfants dans la rue avec des véhicules pour leur donner des soins d’entretiens sociaux. On fait de l’accueil dans nos centres d’hébergement d’urgence et de soins psychologiques. On a reçu plus de 900 enfants. On fait également des retours en famille. On a développé des activités de sensibilisation grand public sur les violences faites aux enfants dans la rue et un plaidoyer au président de la République, aux différents décideurs » liste-t-elle.

Coût. Il varie en fonction du vécu de chaque enfant. On met en place la prise en charge qui convient le mieux. Le coût de la prise en charge de l’enfant varie en fonction de la durée. Il y a des enfants qui viennent pour 3 jours, d’autres restent plus de six mois. Le projet est financé à hauteur de 600 000 Euros en l’espace de deux ans et demi. Il se termine en fin Juillet 2018.

Harouna FALL- IGFM

Commentaires

Commentaires

A propos Africaleadnews

Africaleadnews
A travers ce site nous entendons faire entendre une nouvelle voix de l’Afrique. Une Afrique qui se trace une nouvelle voie. Celle de son développement économique et social. Une Afrique debout. Une Afrique à la conquête de sa place de leader dans le concert des Nations. Une Afrique LEADER. Un site pour la promotion du LEADERSHIP AFRICAIN.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

*