tortue

Criminalité faunique : Saisie record de contrebande de tortues vertes à  Mbour

Africaleadnews – (Senegal)  La Direction des Eaux et Forêts et de la Chasse, renforcée  par les éléments du commissaire Lèye du Commissariat central de Mbour, avec l’appui du projet SALF  (Sénégal-Application de la Loi Faunique) de l’ONG WARA, a arrêté 1 présumé  trafiquant de faune sauvage en flagrant délit de détention, circulation et commercialisation de 41  carapaces de l’espèce tortue verte (Chelonia mydas ).  C’est une tortue de mer gravement menacée d’extinction dans son milieu naturel, très convoitée des trafiquants  pour sa carapace,  un objet de luxe en dehors de nos frontières, pouvant rapporter  jusqu’à  3000 $ soit 1.500 000 CFa la pièce.  La tortue verte est pourtant  intégralement protégée au Sénégal par la loi sénégalaise de 1986 portant code de la chasse et de la protection de la faune et par la Convention de Washington  portant sur le commerce international  des espèces animales sauvages que le Sénégal a ratifié en 1977.

 

A Mbour dans la nuit du mercredi 28 mars 2018,  les agents des eaux et forêts de  la ville de Mbour  ont procédé à l’arrestation du sieur Fall Birahim, en possession de 41 carapaces de tortues vertes (une saisie exceptionnelle en Afrique de l’Ouest) qu’il s’apprêtait à vendre à des touristes étrangers. Et selon un spécialiste International  des tortues de mer, Fall Birahim était même  en possession d’une très rare espèce de tortue imbriquée ayant presque disparue des profondeurs de nos océans et faisant l’objet d’une inscription alarmante sur la liste rouge officielle des animaux sauvages prêts à s’éteindre de la surface du globe.

Immédiatement, une perquisition à son magasin  a été autorisée par Mr le Procureur de Mbour et l’objet du crime servant à tuer des centaines de tortues d’un coup de pioche dans la carapace pour perforer les poumons et les laisser mourir par asphyxie a été saisi et ramené au Parquet.  Le prévenu est actuellement en garde à vue et entendu par les Eaux et Forêts et la Police dans le cadre de son présumé  macabre commerce illégal d’espèces intégralement protégées qu’il pratique depuis de nombreuses années.  Combien de tortues marines seraient alors mortes derrière cette boutique ?

 

Cette opération d’arrestation est un signal fort à nouveau envoyé aux trafiquants de tortues marines  (une opération similaire avait été menée à  Ziguinchor en mai 2016 avec le service des Eaux et Forêts et les éléments du commissaire Diallo, appuyés par le projet SALF). C’ est aussi un appui salvateur et bienvenu   pour de nombreuses ONG qui luttent pour la conservation et la réintroduction de notre tortue verte au Sénégal depuis plus de 15 ans, menant des opérations multiples de sensibilisation auprès des populations  et voyant leurs efforts souvent anéantis  par un braconnage et un trafic illégal  intensif et incessant de la tortue verte sur les côtes sénégalaises du Nord au Sud  du pays.

Il faut saluer l’excellente collaboration des corps des Eaux et Forêts et de la Police de Mbour pour la réussite de cette saisie record en Afrique de l’Ouest.

 

Commentaires

Commentaires

A propos Africaleadnews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>