«C’est vous qui mettez le bordel», Emma­nuel Macron plai­sante avec les jour­na­listes

Africaleadnews – (France) Inter­rogé ce vendredi lors d’une séance de ques­tions-réponses aux « 24 heures du bâti­ment » avec des acteurs du secteur, Emma­nuel Macron a rela­ti­visé la portée de sa sortie contro­ver­sée d’il y a deux jours. Le président de la Répu­blique a même été jusqu’à ironi­ser sur l’em­ploi du mot bordel avec les jour­na­listes.

Emma­nuel Macron a regretté ce vendredi 6 octobre que « les gens », plutôt que de s’in­té­res­ser à « la vie du pays », n’aient retenu que des « péri­pé­ties » de son dépla­ce­ment mercredi à Egle­tons (Corrèze). Pour rappel, le chef de l’Etat, alors que le président de la région Nouvelle-Aqui­taine évoquait les diffi­cul­tés de recru­te­ment d’une fonde­rie d’Ussel, a estimé que « certains, au lieu de foutre le bordel, feraient mieux d’aller regar­der s’ils ne peuvent pas avoir des postes là-bas, parce qu’il y en a qui ont les quali­fi­ca­tions pour le faire, et ce n’est pas loin de chez eux ». Un dépla­ce­ment perturbé plus tôt par un rassem­ble­ment de sala­riés et d’ex-employés licen­ciés de l’équi­pe­men­tier auto­mo­bile GM&S, qui se sont heur­tés aux forces de l’ordre.

 

Ce vendredi soit deux jours après sa saillie très commen­téedepuis, Emma­nuel Macron, lors d’une séance de ques­tions-réponses aux « 24 heures du bâti­ment », a répondu en souriant aux jour­na­listes qui l’inter­ro­geaient sur l’emploi de ce terme : Le bordel « c’est vous qui le mettez », a-t-il ainsi lancé ; avant d’ajou­ter : « Je dois confes­ser qu’on a plus parlé de péri­pé­ties sur ce dépla­ce­ment que du fond de ce que nous avons annoncé avec les ministres du Travail et de l’Éduca­tion natio­nale, qui est fonda­men­tal. »

 

« Si les gens s’in­té­res­saient à la vie du pays, ils auraient plutôt dû parler de ce qu’on a dit dans cette table ronde. On a parlé des vrais problèmes des vrais gens, et des vraies propo­si­tions pour vrai­ment proté­ger », a pour­suivi le président de la Répu­blique. Hier, son entou­rage a fait savoir qu’Em­ma­nuel Macron « assum(ait) sur le fond » ses propos tenus « dans une discus­sion offi­cieuse », mais recon­nais­sait qu’il n’au­rait pas utilisé le mot « bordel » dans un discours offi­ciel, car c’est un « mot fami­lier ».

gala.fr

Commentaires

Commentaires

A propos Africaleadnews

Africaleadnews
A travers ce site nous entendons faire entendre une nouvelle voix de l’Afrique. Une Afrique qui se trace une nouvelle voie. Celle de son développement économique et social. Une Afrique debout. Une Afrique à la conquête de sa place de leader dans le concert des Nations. Une Afrique LEADER. Un site pour la promotion du LEADERSHIP AFRICAIN.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

*