Augustin Senghor

Augustin Senghor : « Qu’on arrête de regarder les joueurs comme des riches, qui n’ont aucune demande à faire »

Africeleadnews – (Sénégal) Le président de la fédération sénégalaise de football (FSF), Me Augustin Senghor a pris la défense des ‘’Lions’’ du Sénégal critiqués pour avoir demandé des terrains et passeports diplomatiques après leur qualification à la prochaine Coupe du monde 2018, en Russie.

« Il faut qu’on arrête de regarder les joueurs comme des gens hyper riches, qui n’ont aucune demande à faire », s’est-il opposé, lundi soir, dans l’émission ‘‘Galaxie Sports’’ de la RTS (Radiodiffusion télévision sénégalais). « Ils (joueurs) font des sacrifices. Si un joueur qui qualifie son pays à la Coupe du monde, demande un terrain, ce n’est pas le matériel qui compte, mais la valeur symbolique », a-t-il expliqué, appelant à ne jamais oublier cela.

« Ces joueurs méritent de la nation »

Toujours sur la défensive, Me Senghor a relevé que les hommes d’Aliou Cissé doivent être récompensés par le peuple sénégalais. « Ces joueurs méritent de la nation. S’ils avaient demandé 50 millions, les gens auraient sauté sur les toits, mais ils ont demandé quelque chose dont la valeur symbolique qui est utilitaire », a-t-il soutenu.

« On a donné des passeports à des gens qui ne sont pas plus méritants qu’eux »

Parlant des passeports diplomatiques, le patron du football sénégalais a par ailleurs souligné que certains ont ce privilège alors qu’ils ne sont pas plus méritants que la bande à Moussa Sow. « Très souvent dans ce pays là, on a donné des passeports à des gens qui ne sont pas plus méritants qu’eux. Ces joueurs ont toujours voyagé avec l’équipe nationale dans des conditions que les gens ne maîtrisent pas. Quand ils demandent c’est par rapport à l’aspect utilitaire », a-t-il fait savoir. « Pour aller en Afrique du Sud, on a demandé à l’Etat de nous faire des passeports de service. Ceux qui n’ont pas pu en bénéficier, ce sont ceux qui ont eu des problèmes parce qu’ils ont dû aller chercher des visas comme l’intendance, pour l’Afrique du Sud. Le temps était très court. Ces joueurs très souvent, en semaine, ils sont à l’entraînement. Dans leurs pays de résidence, le service des visas est dès fois à 400 ou 500 kilomètres. Ils ne peuvent pas se libérer », a expliqué Augustin. Et de préciser : « quand on a joué en novembre 2016, l’ambassade a dû ouvrir un samedi pour qu’on puisse se déplacer. Tous les joueurs ont dû perdre deux jours d’entraînement. Par exemple, si tu habites à Rome, tu dois aller à Milan et s’il n’y a pas d’ambassade d’Afrique du Sud, tu dois aller en France. Ce sont des choses que les gens ne maîtrisent pas et ils jugent au premier degré », a-t-il conclu,  affirmant que les demandes des Lions ne le dérangent pas du tout. « Je l’assume ».

Mamadou Salif GUEYE

Commentaires

Commentaires

A propos Africaleadnews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>