A cause de la piraterie, l’artiste Monique Séka se lance dans l’agriculture

Africaleadnews – (Côte d’Ivoire) La chanteuse ivoirienne Monique Séka, rendue célèbre par son tube « Missounwa » a confié, vendredi à l’Agence de presse sénégalaise, s’être lancée dans l’agriculture et l’élevage pour pallier les difficultés dans la musique dans son pays. 

« On ce moment on a des problèmes avec le piratage et on n’a personne qui vient aider les artistes qui souffrent beaucoup. Et cela concerne toute l’Afrique. Donc je ne vais pas rester là en train de souffrir, personne n’a envie de souffrir, (…), là je prends mon micro, mais demain je suis dans la brousse en train de travailler la terre (…) je suis dans l’agriculture, j’ai des poulaillers, des fermes« , a indiqué Monique Séka.

La chanteuse ivoirienne donnait un spectacle à « La nuit de la femme » au palais de la culture de Treichville, une scène dédiée aux musiciennes dans le cadre de la 10e édition du Marché des arts du spectacle africain (MASA) d’Abidjan, qui s’ouvre officiellement ce samedi matin.

Soulignant les difficultés de la musique, la chanteuse ivoirienne reconnaît que « la chanson est aujourd’hui dure, ce n’est pas facile, il n’y a plus de moyens, on n’a plus de producteur, ni de maison de disque, ce n’est pas facile pour les artistes« .

C’est pourquoi, dit-elle, « il faut faire autre chose, il ne faut pas attendre que le ministre ou le président viennent vous donner de l’argent tout le temps, j’ai dix doigts, je suis une femme, une battante, je me bats pour survivre« .

Monique Séka dit préparer un album où un « clin d’œil sera fait au Sénégal« .

« Je prépare mon album, je n’ai pas envie de tout dévoiler, les Sénégalais seront très contents parce que j’ai fait un clin d’œil au Sénégal, c’est l’Afrique qui va chanter dans cet album« , souligne-t-elle.

La raison de ce clin d’œil est tout simple, a-t-elle dit, faisant noter que : « j’avais beaucoup d’amis sénégalais ici, certains sont partis en Europe, on se fréquentait. J’ai également des amis au Sénégal, Baaba Maal, Coumba Gawlo Seck, Ismaël Lo, Thione Seck« .

Née le 22 novembre 1966, la chanteuse ivoirienne Monique Séka qui a débuté comme choriste auprès de son père Okoi Séka, auteur-compositeur-interprète a, depuis, fait son chemin.

Remarquée comme une excellente choriste, elle a intégré divers orchestres, notamment l’orchestre de la Radio télévision ivoirienne (ORTI) où était aussi sa compatriote Nayanka Bell.

Ensuite, Monika Séka se lance dans une carrière solo et enregistre, en 1985, « Tantie Affoue », et « Missounwa » arrangé par Manu Lima, deux ans plus tard.

Après avoir laissé au public ivoirien et africain le temps suffisant de savourer ce tube à succès, Monika Séka sort successivement « Ôkaman » (1995), « Adéba » (1996), « Yélélé » (1999), « La légende de l’Afrique » (2000) et « Best of » en 2003.

Depuis 2005, la chanteuse multiplie tournées et collaborations musicales à travers le monde.

 

Commentaires

Commentaires

A propos Africaleadnews

Africaleadnews
A travers ce site nous entendons faire entendre une nouvelle voix de l’Afrique. Une Afrique qui se trace une nouvelle voie. Celle de son développement économique et social. Une Afrique debout. Une Afrique à la conquête de sa place de leader dans le concert des Nations. Une Afrique LEADER. Un site pour la promotion du LEADERSHIP AFRICAIN.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

*